Skip to content

De bons présages : Antéchrist, thé et best-of de Queen

2009 juin 27
by Tata Simone

Une fois n’est pas coutume, je vais parler d’un livre. Oui, c’est le truc épais,  plein de pages et de mots, sans images dedans que certains lisent jusqu’à s’en abîmer les yeux (c’est mon cas). De bon présages, c’est un bouquin (rangeable dans le coin fantastique, ou fantasy si vous êtes pas trop regardant) que l’on peut classer sans difficulté parmi les bons livres, divertissants, pleins de magie et de trucs bizarres, écrit à quatre mains par deux spécialistes de trucs bizarres, j’ai nommé Terry Pratchett et Neil Gaiman.

Vous connaissez peut-être déjà d’autres écrits de ces deux auteurs, comme par exemple pour Terry Pratchett la série des Annales du Disque-Monde, sa plus connue (rassurez-vous, De bons présages tient en un seul volume), ou pour Neil Gaiman Stardust, American gods ou Neverwhere que je vous recommande chaudement si vous ne l’avez pas lu. Neil Gaiman s’est également intéressé notamment au comics, comme le prouve sa série principale the Sandman et les séries qui en sont dérivées (petit coin pub : ses comics sont disponibles à la médiathèque d’Orléans).

De bons présages, c’est donc une oeuvre placée sous un double gage de qualité et prend les meilleurs aspects des deux écrivains : la connaissance des légendes et des divinités de diverses religions de Neil Gaiman s’est associée à l’humour fin et décalé de Terry Pratchett, pour offrir un feu d’artifice génial sur fond de fin du monde.

Bon, génial vous direz-vous, elle parvient à dire que la fin du monde est gaie et colorée, elle a pété un grain. D’abord, ce n’est pas vrai (je tiens à le préciser, on ne sait jamais). Ensuite, j’ai remarqué chez les personnes qui l’ont lu (sauf une mais elle ne compte pas :p) la même chose : un regard pétillant, une excitation et une légère coloration rose des joues lorsqu’on en parle, un peu comparable à l’excitation du hamster russe quand il entreprend de démolir sa roue dans sa cage à force de courir vite dedans (c’est un peu con un hamster russe, j’aurais pas dû prendre cet exemple mais tant pis).

Donc, De bons présages, de quoi ça cause?

Tout commence avec les évènements décrits dans l’Ancien testament de la Bible : Adam et Eve croquent le fruit défendu sur les conseils d’un serpent, puis sont chassés par Dieu et sont obligés de descendre sur terre. Ils ne peuvent plus revenir au jardin d’Eden, sont obligés de se démerder tous seuls comme des grands et les emmerdes commencent. Ce que personne ne sait, c’est qu’un ange leur a gentiment prêté son épée de feu (pour qu’ils puissent cuire leur viande, on est pas des sauvages, et puis le petit est en train d’arriver) et que les emmerdes commencent pour lui aussi. Cet ange est ensuite envoyé sur Terre par le camp céleste, qui s’organise contre le camp des ténèbres pour la poursuite du grand dessein ineffable céleste et tout le bordel. Cet ange est censé rester sur Terre et préparer l’arrivée de l’Antéchrist, afin de le conseiller et l’amener à appliquer le plan céleste. Le camp des ténèbres n’est pas en reste et envoie un de leurs propres démons, du genre qui a rampé dans sa vie précédente, pour faire la même chose pour le compte de leur camp.
Le temps a passé et nous emmène environ à notre époque ; cet ange et ce démon, respectivement appelés Aziraphale et Rampa, sont très bien intégrés dans la société humaine et sont pratiquement devenus amis. Jusqu’au jour où… Chaque côté prévient son détaché sur Terre que l’Antéchrist naîtra bientôt et que c’est en gros la fin de l’humanité. Tout en trouvant cela dommage (Rampa aime bien sa voiture, une Bentley, même si toutes les cassettes de musique classique qu’il met dans le lecteur de cassettes de la voiture deviennent au bout de quinze jours des best-of de Queen), l’ange et le démon font tout ce qui est possible pour que le charmant bambin censé devenir l’Antéchrist bascule d’un côté ou de l’autre de la Force (désolée, mais celle-là était vraiment trop tentante).
Jusqu’à l’anniversaire de ses onze ans, date à laquelle il doit devenir l’Antéchrist, les résultats sont fort peu concluants. Ce jour-là cependant, Aziraphale et Rampa apprennent que l’enfant replet qui s’intéresse aux poissons tropicaux et très peu aux questions de bien et de mal n’est PAS l’Antéchrist, que leurs supérieurs n’en ont rien à cirer et qu’ils ont environ une semaine pour retrouver le vrai avant que la fin du monde, programmée pour l’heure du thé, n’arrive vraiment…

Et ils faut qu’ils se dépêchent avant l’arrivée des quatre cavaliers de l’apocalypse, qui ne sont pas vraiment très causants. Pour guider l’ange et le démon, il y a bien les Belles et bonnes prophéties d’Agnès Barge, le seul livre de prophéties avec de vraies prophéties véridiques, mais décomposé en tellement de bouts que le déchiffrement est compliqué, en plus il n’en reste qu’un exemplaire perdu quelque part en Angleterre.
Viennent se greffer dessus un inquisiteur qui a l’habitude de compter les tétons de filles nues (c’est important) et son jeune apprenti qui voudrait être geek mais qui n’a jamais eu de chance avec toutes sortes d’appareils électriques y compris son grille-pain, une descendante d’Agnès Barge, une fausse voyante qui fait aussi des massages le jeudi soir uniquement (mais qui aurait un compte de tétons réglementaire), des démons divers, les Eux, les cavaliers de l’Apocalypse, l’Ordre démoniaque des Soeurs Babillardes et Toutou, molosse de l’enfer, et tant d’autres.

On n’a pas le temps de s’ennuyer dans ce roman, qui vous emmènera des des coins reculés de l’Angleterre à peine situables sur une carte, et même au-delà, que ce soit à pied, en Bentley, à moto ou en scooter un peu boosté par la puissance divine.
L’humour est omniprésent et possède bien la patte distinctive de Terry Pratchett ; Neil Gaiman n’est pas en reste et offre sa vision très personnelle de l’Antéchrist. Bref, un bon bouquin pour un très bon moment de lecture, que ce soit à 15 ans ou à 30, et une bonne introduction à l’univers des deux écrivains.

No comments yet

Leave a Reply

Note: You can use basic XHTML in your comments. Your email address will never be published.

Subscribe to this comment feed via RSS